LParole Libérée

324 rue Francis de Pressensé - 69100 Villeurbanne

DONNÉES CHIFFRÉES :

 

 

Pour les majeurs : en 2016 les parquets ont traité, 7 235 viols et 8 659 agressions sexuelles

(Source Ministère de la Justice).

 

 

Pour les mineurs : selon le ministère de l'Intérieur (source sécurité intérieure) : 14 673 plaintes pour agressions sexuelles ont été enregistrées par les services de police et 8 788 plaintes pour viols sur mineurs représentant respectivement une hausse de plus de 7,9 % et 11% par rapport à l'année précédente.

 

 

 

Mais ces chiffres sont loin de correspondre à la réalité :

 

 

On estime pour les majeurs à 86 000 femmes et 16 000 hommes victimes de viols ou de tentatives

de viols.

Sur les violences sexuelles sur mineurs, selon Murielle SALMONA (psychiatre et Présidente de l'association “mémoire traumatique et victimologie”) ces chiffres bien que très importants, sont pour les spécialistes, très inférieurs à la réalité des faits. On estime qu'il faudrait les multiplier par dix. Pour elle, ce sont près de 130 000 filles et 35 000 garçons qui sont victimes de violences sexuelles, par an, en France.

 

 

Selon les chiffres mondiaux de l'OMS, une fille sur cinq (OMS 2016) et un garçon sur treize (OMS 2014) ont subi une agression sexuelle ou un viol, et selon les chiffres du Conseil de l’Europe, un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle en Europe (2011).

 

 

En 2016, moins de 4% des viols sur mineurs faisaient l'objet de plaintes et seulement 10 % des femmes victimes de viol portaient plainte. Seuls 3% de ces plaintes seront jugées en Cour d'Assises. Alors même que les plaintes sur mineurs sont en augmentation, les condamnations pour viols sur mineurs ont diminués de 40% en 10 ans (infostat justice 2018).

 

L'association “LA PAROLE LIBÉRÉE” a reçu plus 600 témoignages d'adultes (entre 2016 et fin 2018) indiquant avoir été victimes d'agressions sexuelles pendant leur enfance. Tous ont pu après plusieurs décennies de silence, nous confier les souffrances engendrées (parfois jusqu'au suicide)  et les conséquences dans leur parcours de vie sur le plan affectif, médical, psychologique, familial et professionnel.

 

Tous les professionnels de cette question rappellent de manière unanime, que les violences sexuelles sur les enfants ont de lourdes conséquences psycho traumatiques et somatiques (traumatisme corporel et sensoriel) et qu'elles impactent leur santé, leur scolarité, leurs vies sexuelle, affective et sociale et sont un facteur de risque majeur de  re-victimisation. Le coût de la violence sexuelle pour l’assurance maladie est estimé à 10 milliards d’euros par an en France.

 

 

De par l’ampleur des dégâts quantitatifs, les violences sexuelles peuvent être comparées à une épidémie, de type virale, eu égard à l’ampleur des dégâts qualitatifs réalisés chez les êtres humains. D'où l'intérêt de reconnaître ces violences, leur conséquences, les dépister, protéger les victimes, les soigner et leur rendre justice, afin d'éradiquer cette pandémie.

 

 

Partant de notre expertise acquise depuis 3 ans il est nécessaire d’objectiver et de recueillir des statistiques permettant de matérialiser ce fléau afin de renseigner les acteurs publics et de mettre en corrélation les besoins des victimes et les acteurs locaux.